Somhack Lymphakdy

ans notre monde contemporain mondialisé, les événements, les situations et les sociétés (dys)fonctionnent de façon interdépendante. Ce qu'il nous est donné à voir et à vivre comme un effondrement de la biodiversité, des biotopes, de notre santé, de nos démocraties, de la pluralité de nos cultures =>> cet effondrement est causé plus ou moins directement par nos modes de vie.

Chacun.e de nous est pris par l'engrenage de la vie, du quotidien et dispose de trop peu de temps pour se mobiliser à la hauteur des enjeux actuels. Cependant, l'objet associatif d'Adrastia mérite que l'on s'y arrête un instant. Cela nous oblige à un questionnement authentique sur ce que cela suppose et en quoi cela nous engage en tant que personne, au sein du collectif. Ne rien faire sera tout aussi "responsable" que de participer volontairement.
Aussi en décidant de m'engager en tant que membre actif du conseil d'administration, c'est à cet impératif que je souhaitais répondre. Choisir à quoi je participe dans la plus complète des responsabilités, à ne plus laisser faire et à résister en m'interposant là où cela est possible. à toutes les échelles et à tous les échelons. Partout où je serai amenée à agir.

Je me suis donc proposée de travailler avec le comité d'administration actuel à l'animation du réseau de telle sorte à favoriser l'émergence d'une communauté apprenante. L'actualité mondiale et le durcissement de ce qui fait domination nous obligent à affermir notre propre posture dans la société civile. C'est avec cet objectif et le besoin d'organiser au mieux le déclin nécessaire, ceci, afin de ne pas le subir, que je m'engage.

Parmi les sujets que je souhaiterais voir développer dans les mois à venir est comment le comité né dans un contexte où sa position était alors minoritaire peut devenir aujourd'hui un espace d'échanges et de construction de la conflictualité pour endiguer les phénomènes communautaristes qui sont profondément clivants et destructeurs du vivre-ensemble. Ce risque venant bien évidemment s'ajouter à toutes les difficultés auxquels le réel nous confronte déjà. Et c'est bien là, dans cette possibilité à faire humanité ensemble, en nous plongeant dans une ère mieux adulte.
Cela ne sera ni simple ni difficile. ,Ni même compliqué.
Cela sera complexe. Charge à nous d'articuler cette complexité. Au coeur de cette complexité, nous aurons à dégager les principes fondamentaux de notre humanisation, horizon de la dignité humaine à laquelle se réfère Vincent MIGNEROT. De là, nous pourrons hiérarchiser les valeurs en pondérant systématiquement ce qui doit nous permettre de nous émanciper de ce qui fait domination de l'homme par l'homme - qui, par extension, opprime l'ensemble du monde vivant et non vivant.

WebForge