Taille d’un groupe humain et complexité culturelle

Article de "Pour la science", 16 décembre 2013

image

Extrait : « Ce modèle (de J. Henrich) prédit ainsi que, au sein des petites populations, l’information culturelle ne peut que se dégrader. C’est ce qui se serait passé en Tasmanie. J. Henrich a ainsi fondé l’idée que la conservation d’un savoir technique au sein d’un groupe humain dépend à la fois de la taille du groupe et de la complexité de la tâche : à taille de groupe égale, la perte d’information est d’autant plus grande que la tâche est complexe ; à niveau de complexité égal, la perte est d’autant plus grande que le groupe est réduit. »

Article complet à lire ici

Propulsé par le CMS WebForge